Comment investir en bourse pendant la crise (et après) ?

Nous sommes en mars 2020 à l’heure où cet article est écrit, la crise est là.

Sanitairement d’abord, avec des milliers de mort partout dans le monde lié au coronavirus.

Économiquement et financièrement ensuite avec les violentes baisses des marchés boursiers dans le monde entier. Certaines personnes paniquent et vendent leurs actions maintenant, au cœur de la crise, souvent à perte.

On ne perd pas tant que l’on ne vend pas.

C’est dommage, car en bourse, on ne perd pas d’argent tant qu’on ne vend pas ses actions moins chers que le prix auquel on les a achetées. Vendre maintenant n’est donc pas forcément très malin, sauf en cas de gros besoin de liquidité. Dans la suite de cet article, je vais vous détailler ma stratégie d’investissement en bourse, particulièrement en temps de crise.

Attention : Comme tout investissement en bourse, il y a des risques de pertes du capital investi. Je vous propose ici un simple retour d’expérience, mais c’est bien évidemment à vous de prendre vos propres décisions. 

Les cycles économiques

Ma stratégie d’investissement a un horizon long terme : j’investis de l’argent dont je n’aurai pas besoin pour les 5 prochaines années (au moins).

L’économie est cyclique. L’économiste Clément Juglar a ainsi théorisé dès 1862 des cycles de 8 à 10 ans constitués de trois phases distinctes : expansion, crise (en rouge sur le schéma ci-dessous) et liquidation.

 Cette théorie s’est depuis vérifiée. Récemment, nous avons ainsi connu la crise en 2002 après les attentats du 11 septembre 2001, la crise des subprimes en 2008 et la crise liée au coronavirus en 2020.

Une croissance longue et continue

Malgré les crises, on observe cependant que l’économie mondiale est en croissance constante depuis plusieurs dizaines d’années.

Attention : Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.  Ce n’est pas parce que c’était ainsi dans le passé que l’on peut dire que ça se produira tel quel dans le futur.

De mon côté, je pense que la croissance économique va se poursuivre (mais ce n’est que mon avis). A chaque crise, on peut penser que plus rien ne sera comme avant, que tout sera différent. Cependant, jusqu’à maintenant, la croissance a toujours repris le dessus, même après la seconde guerre mondiale, un choc pétrolier ou un gigantesque attentat … Dans quelques années, on pourra voir si l’économie mondiale a su faire face au Covid-19 et la crise économie engendrée par ce virus.

Gestion des risques

Lisser son investissement dans le temps.

J’investis chaque mois la même somme d’argent en bourse : 500 €. Cela me permet d’être certain que je ne vais pas investir une trop grosse somme d’argent juste avant un krach monumental.

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Je ne mets pas toute mon épargne. J’ai quelques milliers d’euros sur un livret A, en cas de besoin, et pour un éventuel apport pour un crédit immobilier. Néanmoins, je ne veux pas prendre le risque d’avoir la moitié, le quart ou même un dixième de mon investissement dans une même entreprise. Si elle fait faillite, je perdrai une trop grosse partie de mon investissement en bourse. J’applique également le même raisonnement aux différents pays et secteurs de l’économie dans lesquels j’investis.

Avec 500€, je ne peux pas me permettre d’acheter séparément des actions dans des entreprises de pays et de secteurs suffisamment variés. Pour diversifier mon investissement, j’achète donc des parts d’ETF (acronyme pour Exchange Tracker Fund). Il s’agit de fonds qui répliquent la performance d’un indice spécifique. Une fois acheté, il n’y a plus rien à faire. Je me contente d’accumuler les parts d’ETF sans les revendre. Je regarde les chiffres une fois par mois. On parle ainsi de gestion passive.

Les biais cognitifs de l’investisseur

La bourse est un marché où se rencontrent les vendeurs et les acheteurs d’actions. Derrière ces différents acteurs se cachent des êtres humains, plus ou moins doués, avec plus ou moins d’informations. Je pense vraiment qu’il est important de bien garder cela en tête.

L’être humain n’est pas une machine, et l’ensemble de ses décisions ne sont pas guidées uniquement par la raison. Encore plus quand on parle d’argent, un sujet sensible et tabou presque partout dans le monde.

On a souvent tendance à surestimer ses compétences dans un domaine que l’on maîtrise mal (effet Dunning-Kruger).

De plus, l’être humain aime bien avoir l’impression de pouvoir contrôler les choses (illusion de contrôle). Il est difficile de se retenir d’intervenir sur ses investissements, de vendre pour racheter ensuite. Il ne faut pas s’imaginer plus intelligent que les analystes des grandes banques. Vous pourrez difficilement battre la performance moyenne du marché.

Ma stratégie personnelle

Pour le moment, j’ai choisi de mettre 100% de mon épargne mensuelle sur LYXOR MSCI WOR PEA (code ISIN : FR0011869353)

Pourquoi ce choix ?

  • Cet ETF est compatible avec un Plan d’Épargne en Actions
  • Il réplique la performance de l’Index MSCI World qui synthétise la performance de grandes et moyennes entreprises au sein de 23 pays développés, avec une bonne diversification sectorielle.
  • La valeur de part (moins de 15€ à l’heure où j’écris cet article) est abordable et permet de limiter les frais d’entrée en évitant de faire plusieurs ordres.

Tous les mois, dès que mon salaire arrive sur mon compte, je vire donc 500€ directement sur mon PEA, et j’achète le maximum de part possible.

Pour en savoir plus

Si ce sujet vous intéresse, je vous invite fortement à lire le livre Epargnant 3.0 d’Edouard Petit. Ça se lit très bien et c’est très accessible, et vous allez pouvoir découvrir en détail comment investir en bourse.

1 réflexion sur “Comment investir en bourse pendant la crise (et après) ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *