Coronavirus et risque de pénurie : que faire ?

Le SARS-CoV-2 (plus connu sous le nom de coronavirus) est au centre de l’actualité à l’heure à laquelle j’écris cet article, le lundi 02 mars 2020.

En France :

  • 130 personnes ont été contaminées.
  • 1 malade est décédé.
  • Les rassemblements de plus de 5000 personnes sont interdits (semi-marathon de Paris, salon de l’Agriculture …), des écoles sont fermées,

Avertissement : Avant de continuer, je ne suis pas médecin. J’écris ici en tant que simple citoyen. Je vous invite à prendre connaissance des consignes du gouvernement en cliquant ici.

La couverture médiatique de cette épidémie est assez impressionnante : radio, télévision, journaux … mais aussi (et surtout) les réseaux sociaux.

Fakes news, commentaires alarmistes et remèdes bidons circulent allègrement. Une forme de psychose se crée. Des rayons de supermarchés ont été quasiment vidés par les clients dans certains endroits en France.

Un rayon de supermarché presque vide

Il est déjà impossible de trouver des masques de protection, ainsi que du gel anti-bactérien. La pénurie a commencée sur certains produits, et un marché noir est en train de se mettre en place.

Une capture d'écran du site leboncoin.fr, où des masques de protection sont vendues 25€ l'unité

Avant que ce phénomène se généralise totalement à l’alimentaire, je vous conseille vivement de veiller vous aussi à constituer des stocks de nourriture, si ce n’est pas déjà fait.

C’est toujours une bonne pratique d’avoir quelques semaines d’avance, avec des produits secs, des boites de conserve, des bocaux. N’oubliez pas non plus les produits d’entretien et d’hygiène, ainsi que les médicaments si nécessaire. Pensez également à être au clair sur l’administratif : pièces d’identités, carnet de santé, photo, argent liquidie …  Ça n’est jamais perdu et ça peut toujours servir.

Personnellement, je prévois deux semaines de provisions « normales » et quelques semaines de plus en mode « survie », avec un peu moins de confort.

Pour appuyer mon propos, j’aimerai étudier rapidement avec vous deux principales hypothèses :

  1. Si l’épidémie (ou la pénurie) empire, vous serez bien contents d’avoir fait vos stocks et de pouvoir rester chez vous, avec vos proches, en attendant que l’épidémie se tasse.
  2. Si l’épidémie (ou la pénurie) ralentie vous n’aurez pas besoin de faire de grosses courses pendant un certain temps, ce qui n’est pas un problème en soit.

Vous n’avez pas besoin d’en parler à quiconque : Si l’hypothèse 2 se réalise, cela vous évitera de passer pour le fou du village et d’être la risée de vos proches. Par compte, si l’épidémie empire et que vous n’avez pas fait de stocks, vous serez certainement bien embêté !

J’espère de tout cœur que l’hypothèse 2 se réalise : ça ne me dérangerait pas d’avoir quelques paquets de pâtes d’avance.

C’est un geste citoyen : vous serez en mesure de vous nourrir tout seul, sans devoir faire appel aux autres, ou vous risquer à sortir dehors.

N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires : je suis preneur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *