Finances personnelles

Découvrez dès maintenant comment prendre en main vos finances personnelles de façon pragmatique, quelle que soit votre situation de départ.

Mener une vie riche selon Ramit Sethi


Ramit Sethi est un entrepreneur et écrivain américain, spécialisé dans les finances personnelles. Il s’est fait connaître avec son site internet IWillTeachYouToBeRich (Je vais vous apprendre à être riche) puis avec le livre best-seller du même nom.

Derrière ce titre un peu provocateur se cache pourtant de véritables pépites. Loin d’être une vendeur de rêve ou un escroc, Ramit prodigue des conseils pragmatiques et applicables au quotidien.

Attention : Ramit est américain. Les conseils qu’ils donnent sont donc en grande majorité destiné à un public américain. Certains produits d’épargnes, ou certains conseils (sur l’assurance santé ou les cartes de crédits) sont donc valables uniquement aux Etats-Unis.

Je vous propose de découvrir ci-dessous quelques-unes de ses idées qui m’ont le plus marqué.

Vivre une vie riche

Ramit parle beaucoup d’avoir une vie riche. Et par « riche », il ne s’agit pas uniquement d’argent mais surtout de choix.

Il explique ainsi que sa stratégie consiste à réduire drastiquement les dépenses sur les sujets qui ne vous intéressent pas, pour pouvoir les augmenter sur les points qui vous tiennent à coeur.

Il identifie ainsi ce qu’il appelle des « money dials » (des postes dépenses) sur lesquels vous pouvez avoir plaisir à dépenser : voyage, santé / fitness, expérience, liberté, relations personnelles (famille, ami, couple …), charité, luxe, statut social, développement personnel …

Ramit invite ses lecteurs à créer leur propre règles autour de la gestion de leur argent, afin d’éviter de se poser régulièrement les mêmes questions.

Voici les siennes :

  1. Toujours avoir un an de dépense de fond d’urgence, immédiatement accessible
  2. Économiser 10% et investir 20% de ses revenus au minimum.
  3. Payer comptant toutes les grosses dépenses (voyage, mariage etc …) et mettre au minimum 20% d’apport lors de l’achat d’un logement.
  4. Ne jamais remettre en question les achats concernant les livres, la santé, les sorties au restaurant, ou les collectes solidaires organisés par des amis.
  5. Toujours prendre la Business Class sur des vols supérieurs à 4h.
  6. Pas de limite sur les dépenses de santé (coach sportif …) ou l’éducation (cours, évènement etc …)
  7. Acheter le meilleur et le garder aussi longtemps que possible
  8. Gagner suffisamment pour ne travailler qu’avec les personnes que je respecte et apprécie
  9. Se marier avec la bonne personne.
  10. Prioriser le temps en dehors des feuilles de calcul.

Ce sont ses propres règles, adaptées à sa vie et à ses principes. Il est intéressant de se construire également de son côté son propre « règlement ». Ca permet d’y voir un peu plus clairement !

Construire des systèmes

Pour Ramit Sethi, avoir une vie riche, c’est notamment ne pas passer trop de temps dans ses tableaux et ses comptes bancaires.

Il ne s’agit pas non plus de s’interdire un café à 3 euros en terrasse … Ramit nous invite plutôt à s’intéresser aux sujets qui impliquent des sommes beaucoup plus importantes : négocier une augmentation de salaire, investir correctement son argent, renégocier ses prêts

Pour cela, il doit donc construire des systèmes qui automatisent le plus possible les tâches répétitives : épargner et investir, dépenser moins, gagner plus etc…

De façon générale, le niveau de « volonté » de l’être humain est en effet limité. Construire des systèmes et des automatismes permet de ne plus avoir à compter uniquement sur sa motivation ou sa volonté.

Un système, ce n’est pas forcément une usine à gaz ultra complexe et sophistiquée. D’ailleurs, souvent, plus c’est simple, plus ça fonctionne bien dans la durée.

Par exemple :

  • Pour simplifier et automatiser votre épargne, vous pouvez planifier des virements automatiques quelques jours après la réception de votre salaire.
  • Pour votre investissement, vous pouvez décider d’acheter tous les mois le même montant d’ETF. Même si vous devez quand même passer l’ordre vous même, vous vous épargnerez la charge mentale de la réflexion.
.

Boursorama Banque : mon avis et retour d’expérience

Boursorama était à sa création dans les années 1990 un portail d’information sur l’actualité économique et financière. Quelques années plus tard, Boursorama a ouvert sa banque de détail (Boursorama Banque). C’est aujourd’hui une banque en ligne, sans agence bancaire physique.

Etant client chez Boursorama Banque depuis décembre 2017, je vous propose aujourd’hui mon retour d’expérience sur cette banque en ligne.

Logo Boursorama Banque

J’utilise cette banque depuis mon stage de fin d’étude dans un cabinet de conseil, et j’en ai fait depuis ma banque principale. J’ai néanmoins conservé un Livret A, un Livret Jeune et un PEL chez une banque traditionnelle.

Avantages

Des frais limités et des cartes attrayantes.

Chez Boursorama Banque, il n’y a pas de frais de tenue de compte. C’est à dire que vous ne payez pas la banque pour qu’elle garde votre argent.

Ca peut paraître absurde de devoir payer une banque pour avoir le droit d’y déposer son argent, mais c’est pourtant ce que font la plupart des banques en France …

Les cartes bancaires sont également gratuites. Certaines nécessitent toutefois un nombre minimum de transactions par mois.

Plusieurs cartes sont proposées, en fonction de vos besoins et de vos ressources. Il est cependant assez facile d’obtenir une Visa Premier (équivalente à la Gold Mastercard) en justifiant de 1800€ par mois revenus, ou déposer 5000€ sur son compte ou ses Livrets.

Pour ma part, j’utilise actuellement la Visa Ultim qui me satisfait amplement. Il n’y a pas besoin de justifier de revenus pour utiliser cette carte: il faut néanmoins déposer 500€ lors de l’ouverture du compte.

Etant donné que je suis client depuis quelques temps, je peux payer 3000€ par mois avec ma carte, et retirer jusqu’à 900€ par semaine. C’est amplement suffisant pour mes besoins !

Une « vraie » banque en ligne

Boursorama Banque est une vraie banque, qui bénéficie de tout les agréments et garanties nécessaires pour exercer en France, comme par exemple BNP Paribas, la Caisse d’Epargne ou la Société Générale …

D’ailleurs, Boursorama Banque est détenue à 100% par la Société Générale depuis 2014.

La grosse différence avec les autres banques traditionnelles, c’est que Boursorama Banque est uniquement disponible en ligne. Il n’y a pas d’agence locale.

Pour moi, c’est loin d’être un inconvénient. Avec mon ancienne banque, j’allais vraiment rarement à l’agence. Les rares fois où je m’y rendais, c’était quand le conseiller voulait me proposer un placement sur lequel il allait pouvoir prendre sa commission …

Ce que j’ai apprécié chez Boursorama, c’est qu’il n’y a pas de commerciaux qui cherchent à vous fourguer des produits financiers.

Une offre complète et variée

Toute l’offre (épargne, investissement, crédit …) est présentée sur votre espace client, et c’est à vous de choisir ce qui vous convient : PEA, Assurance Vie, Livret A, PEL, crédit à la consommation, crédit immobilier etc …

Pour ma part, j’ai ouvert un PEA, un Livret de Développement Durable et deux assurances-vie (qui sont proposées par Generali)

Je n’ai pas encore eu l’occasion de demander un crédit immobilier ou consommation donc je ne pourrai pas vous en parler.

L’interface

L’interface de Boursorama Banque est plutôt claire et bien conçue. C’est essentiel, car c’est le principal point de contact avec la banque.

J’accède à cette interface via le site internet depuis mon ordinateur, et depuis l’application iOS sur mon iPhone (une application est aussi disponible sur Android)

Sur cette application, je peux également consulter les soldes de mes produits que je détiens dans la banque traditionnelle. C’est assez pratique et ça évite de jongler entre deux applications.

Capture d'écran de l'espace client de Boursorama Banque sur PC

Je n’ai jamais eu de problème donc je n’ai jamais contacté le service client de la banque. Je ne pourrai donc pas vous donner mon avis sur le sujet.

Les bonus

Boursorama a pour slogan « La banque qu’on a envie de recommander ». De mon côté, j’ai en effet envie de recommander cette banque.

D’une part, bien sûr, pour toutes les raisons évoquées au dessus (carte bancaire gratuite, interface plaisante, offre complète …). D’autre part, pour le programme de parrainage qui permet de recommander la banque à des proches et de percevoir en contrepartie un bonus pouvant dépasser la centaine d’euro.

Il n’y a pas de piège : c’est vraiment du gagnant-gagnant. A ce propos, si vous souhaitez ouvrir un compte chez Boursorama, contactez-moi dans les commentaires ou par e-mail (bonjour@pragmatique.eu)

Limites

Boursorama Banque a sûrement quelques limites. Voici la seule :

Il n’est pas possible d’ouvrir de livret jeune. J’ai donc dû laisser ouvert mon livret jeune dans mon ancienne banque pour continuer à profiter de ce livret qui offre une rémunération légèrement supérieure au Livret A. C’est dommage …

Rien de bloquant, mais je préfère être transparent 🙂

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas comme toujours à les déposer en commentaire

Comment investir en bourse pendant la crise (et après) ?

Nous sommes en mars 2020 à l’heure où cet article est écrit, la crise est là.

Sanitairement d’abord, avec des milliers de mort partout dans le monde lié au coronavirus.

Économiquement et financièrement ensuite avec les violentes baisses des marchés boursiers dans le monde entier. Certaines personnes paniquent et vendent leurs actions maintenant, au cœur de la crise, souvent à perte.

On ne perd pas tant que l’on ne vend pas.

C’est dommage, car en bourse, on ne perd pas d’argent tant qu’on ne vend pas ses actions moins chers que le prix auquel on les a achetées. Vendre maintenant n’est donc pas forcément très malin, sauf en cas de gros besoin de liquidité. Dans la suite de cet article, je vais vous détailler ma stratégie d’investissement en bourse, particulièrement en temps de crise.

Attention : Comme tout investissement en bourse, il y a des risques de pertes du capital investi. Je vous propose ici un simple retour d’expérience, mais c’est bien évidemment à vous de prendre vos propres décisions. 

Les cycles économiques

Ma stratégie d’investissement a un horizon long terme : j’investis de l’argent dont je n’aurai pas besoin pour les 5 prochaines années (au moins).

L’économie est cyclique. L’économiste Clément Juglar a ainsi théorisé dès 1862 des cycles de 8 à 10 ans constitués de trois phases distinctes : expansion, crise (en rouge sur le schéma ci-dessous) et liquidation.

 Cette théorie s’est depuis vérifiée. Récemment, nous avons ainsi connu la crise en 2002 après les attentats du 11 septembre 2001, la crise des subprimes en 2008 et la crise liée au coronavirus en 2020.

Une croissance longue et continue

Malgré les crises, on observe cependant que l’économie mondiale est en croissance constante depuis plusieurs dizaines d’années.

Attention : Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.  Ce n’est pas parce que c’était ainsi dans le passé que l’on peut dire que ça se produira tel quel dans le futur.

De mon côté, je pense que la croissance économique va se poursuivre (mais ce n’est que mon avis). A chaque crise, on peut penser que plus rien ne sera comme avant, que tout sera différent. Cependant, jusqu’à maintenant, la croissance a toujours repris le dessus, même après la seconde guerre mondiale, un choc pétrolier ou un gigantesque attentat … Dans quelques années, on pourra voir si l’économie mondiale a su faire face au Covid-19 et la crise économie engendrée par ce virus.

Gestion des risques

Lisser son investissement dans le temps.

J’investis chaque mois la même somme d’argent en bourse : 500 €. Cela me permet d’être certain que je ne vais pas investir une trop grosse somme d’argent juste avant un krach monumental.

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Je ne mets pas toute mon épargne. J’ai quelques milliers d’euros sur un livret A, en cas de besoin, et pour un éventuel apport pour un crédit immobilier. Néanmoins, je ne veux pas prendre le risque d’avoir la moitié, le quart ou même un dixième de mon investissement dans une même entreprise. Si elle fait faillite, je perdrai une trop grosse partie de mon investissement en bourse. J’applique également le même raisonnement aux différents pays et secteurs de l’économie dans lesquels j’investis.

Avec 500€, je ne peux pas me permettre d’acheter séparément des actions dans des entreprises de pays et de secteurs suffisamment variés. Pour diversifier mon investissement, j’achète donc des parts d’ETF (acronyme pour Exchange Tracker Fund). Il s’agit de fonds qui répliquent la performance d’un indice spécifique. Une fois acheté, il n’y a plus rien à faire. Je me contente d’accumuler les parts d’ETF sans les revendre. Je regarde les chiffres une fois par mois. On parle ainsi de gestion passive.

Les biais cognitifs de l’investisseur

La bourse est un marché où se rencontrent les vendeurs et les acheteurs d’actions. Derrière ces différents acteurs se cachent des êtres humains, plus ou moins doués, avec plus ou moins d’informations. Je pense vraiment qu’il est important de bien garder cela en tête.

L’être humain n’est pas une machine, et l’ensemble de ses décisions ne sont pas guidées uniquement par la raison. Encore plus quand on parle d’argent, un sujet sensible et tabou presque partout dans le monde.

On a souvent tendance à surestimer ses compétences dans un domaine que l’on maîtrise mal (effet Dunning-Kruger).

De plus, l’être humain aime bien avoir l’impression de pouvoir contrôler les choses (illusion de contrôle). Il est difficile de se retenir d’intervenir sur ses investissements, de vendre pour racheter ensuite. Il ne faut pas s’imaginer plus intelligent que les analystes des grandes banques. Vous pourrez difficilement battre la performance moyenne du marché.

Ma stratégie personnelle

Pour le moment, j’ai choisi de mettre 100% de mon épargne mensuelle sur LYXOR MSCI WOR PEA (code ISIN : FR0011869353)

Pourquoi ce choix ?

  • Cet ETF est compatible avec un Plan d’Épargne en Actions
  • Il réplique la performance de l’Index MSCI World qui synthétise la performance de grandes et moyennes entreprises au sein de 23 pays développés, avec une bonne diversification sectorielle.
  • La valeur de part (moins de 15€ à l’heure où j’écris cet article) est abordable et permet de limiter les frais d’entrée en évitant de faire plusieurs ordres.

Tous les mois, dès que mon salaire arrive sur mon compte, je vire donc 500€ directement sur mon PEA, et j’achète le maximum de part possible.

Pour en savoir plus

Si ce sujet vous intéresse, je vous invite fortement à lire le livre Epargnant 3.0 d’Edouard Petit. Ça se lit très bien et c’est très accessible, et vous allez pouvoir découvrir en détail comment investir en bourse.

Comment réduire ses frais bancaires ?

215€, c’est le revenu que vous pouvez tirer de 10 000€ investi sur un placement à 2,15% d’intérêts. C’est aussi le montant moyen des frais bancaires payés par les Français en 2019 (Source : France TV Info).

C’est énorme : de l’argent gâché, qui aurait pu servir à plein d’autres choses.

Dans cet article, nous allons voir comment réduire massivement les frais bancaires.

L’erreur des Français avec leurs banques

En France, de façon générale, on a tendance à rester longtemps dans la même banque. Souvent, on est d’ailleurs dans la même banque que nos parents. Avec le temps, on ne fait même plus attention aux frais bancaires (frais de tenue de compte, carte de paiement, accès aux relevés de compte en ligne …) et on paye sans réfléchir. Les banques traditionnelles le savent bien, et elles en profitent. A vos frais !

Ce qu’il faut savoir sur les banques

Avec votre banquier, la fidélité ne paye pas. Une fois que votre compte est ouvert, vous êtes considéré comme un client captif. Rien ne sera fait pour vous fidéliser.

De plus, les banques traditionnelles ont des charges fixes très élevés : il y a un réseau d’agences sur l’ensemble du territoire. Ça représente des frais, à la fois en immobilier (il faut louer ou acheter les locaux des agences) mais également en personnel puisqu’il faut évidemment rémunérer les conseillers.

On a souvent l’impression qu’il est compliqué de changer de banque, à cause des prélèvements automatiques, des assurances-vies, des emprunts etc … Il est facile de se dire que c’est trop compliqué ou que c’est trop long. C’est d’ailleurs ce que les banques veulent que vous pensiez, pour que vous restiez sagement clients chez elles.

C’était peut-être vrai avant, ça ne l’est plus maintenant. En effet, la loi Macron du 06 août 2015 rend obligatoire l’automatisation du processus de changement de domiciliation bancaire pour le compte courant pour l’ensemble des banques.

En gros, il est donc désormais possible de changer de compte bancaire, et de faire changer tous les prélèvements en quelques clics seulement. Il y a ensuite quelques démarches pour changer vos livrets d’épargne et vos comptes-titres mais c’est loin d’être insurmontable.

Passez en ligne !

Personnellement, je n’ai jamais eu besoin de mettre un pied dans une banque : je fait tout par internet. Je n’ai donc pas envie de payer un service que je n’utilise pas. Je suis donc passé sur une banque 100% en ligne : Boursorama Banque.

  • 0€ frais bancaire
  • 0 démarchage pour me vendre des produits d’épargne inutiles.

Votre plan d’action pour changer de banque et réduire vos frais bancaires

Je vous propose donc un plan d’action rapide et synthétique pour réduire vos frais bancaires. Je ne rentre pas dans les détails, car chaque situation est différente. Voici les principales étapes à respecter dans l’ordre :

  1. Ouvrez un compte courant sur une banque en ligne (je vous conseille Boursorama Banque, mais vous pouvez évidemment aller voir ailleurs)
  2. Déplacez automatiquement vos prélèvements grâce à la procédure sur la mobilité bancaire
  3. Déplacez votre épargne : livret A, PEA, compte-titre …
  4. Fermez votre compte courant dans votre ancienne banque

Voilà ! Vous avez toutes les clefs en main pour réaliser des économies non négligeables. J’espère sincèrement que cet article vous a plu. Donnez-moi votre avis dans les commentaires.